Sunday, December 16, 2012

Les rappers et slamers : des collaborateurs pour la communication des ONG / OI

Le fait de faire présenter un produit ou une campagne par une personne célèbre est une stratégie très connue du monde de la communication et du marketing, mais elle est aussi utilisée dans les campagnes de sensibilisation, d’éducation à la citoyenneté et aux droits de l’homme.

Le portail Compass du Conseil d’Europe rassemble différentes ressources d'éducation à la citoyenneté et de formation à destination des jeunes. Il propose parmi divers outils et méthodologies, une fonction “posters”: elle consiste à réunir des photos de personnes célèbres au niveau local, national ou international pour leur action contre le racisme et l’intolérance, ou en faveur de la promotion de l’égalité, etc. et de demander aux participants de donner leurs noms et les raisons de leur célébrité.

Les Nations Unies se servent aussi des personnes célèbres pour leurs campagnes de sensibilisation comme le précise leur document “Communication pour le développement”.

Dans le cadre de campagnes ou non, plusieurs rappers du monde sont connus depuis plusieurs années pour représenter des causes sociales et dénoncer des injustices. Mais les rappers sont-ils vraiment des personnes “célèbres”? Sont-ils vraiment connus par tout le monde? Sont-ils plus près de la réalité sociale? Si vous ne les connaissez pas encore, voici quelques rappers /slamers alliés des causes sociales.

On est les autres


"Le dernier Français"
Abd al Malik s’est engagé avec la campagne de signatures d’Amnesty International. En plus de dédier son morceau “Actuelles IV" à la cause d' Amnesty International pour "La tendresse de tous ceux qui n'ont d'œil que celui du cœur", il partage régulièrement des messages sur les réseaux sociaux et les médias (radio et télé) pour encourager les gens à participer à cette campagne.

Chaque année autour du 10 décembre, la Marathon des signatures mobilise le grand public pendant près de deux semaines. Abd Al Malik en profite pour inviter la société à utiliser cette campagne comme un exercice pour penser à l’autre, il nous dit “on est les autres” pour qu’on ne les oublie pas. 

Dans une interview dans “Le Grand 8” le slameur fait une réflexion sur les médias et la participation citoyenne. Il explique qu’il est normal que les artistes s’engagent car ils sont des porte-voix qui doivent aider à diffuser des messages sur la responsabilité qu’on a vis a vis des autres.

Selon lui, nous sommes dans une “société des news”, qui travaille sur notre passivité et qui nous fait croire qu’on n’est pas là pour participer et pour changer le monde.... Et c’est à ce moment que des organisations comme Amnesty vont travailler pour nous inviter à participer à la prise de conscience.

Le slameur parle aussi de l’importance de faire attention aux raccourcis et simplifications des médias pour éviter les regards biaisés et nous propose de mieux connaître ce qui se passe ailleurs, pour pouvoir parler de ce qui se passe chez nous. Il faut participer et développer une prédisposition à la réactivité.

Abd Al malik a partagé le 13 décembre sur son compte facebook la vidéo de l’émission dans laquelle il parle de son engagement avec Amnesty International avec la phrase suivante: "la meilleure des choses qu'on puisse faire pour améliorer le monde, c'est s'améliorer soi-même". 

Rêve, Idée, Pensée, Projet, Envie : des synonymes plus beaux que le mot “engagement”


 Oxmo PuccinoInterview Télérama
En Octobre 2012 Oxmo Puccino est officiellement devenu ambassadeur de l'Unicef. Il a soutenu l’organisation depuis 2009, lorsqu’il avait composé une chanson pour elle, "Naître adulte".

En plus de parler de la situation de l’enfant dans le monde, Oxmo a rencontré des jeunes à Paris au lors de “10e United” pour parler de l’engagement social et associatif, et de la participation citoyenne le mois dernier.

Se tourner vers les autres c’est la manière naturelle de s’engager, c’est un des messages qu’il a voulu leur transmettre. Vous retrouverez les photos et les podcast de la rencontre ici: http://bit.ly/uYEDNY

Le rap/hip-hop européen pour la promotion de la diversité et la lutte contre le racisme


En Espagne le Ministère de santé, de la politique sociale et de l’égalité, en collaboration avec l’association “Movimiento contra la Intolerancia” (Mouvement contre l’intolérance) ont aussi “El Chojin” comme ambassadeur des campagnes contre le racisme, pour sensibiliser aux jeunes. Leur principal outil: un single qui réunit les principaux rappers espagnols pour chanter pour l’égalité et le droit à la diversité. Les paroles sont claires et pleines de réflexions touchantes... Mais, et si les destinataires n’aiment pas le rap? La campagne se veut aussi participative et encourage les jeunes à participer à des ateliers de slam, à écrire leur propre rap contre le racisme...

En 2008, dans le cadre de l’année du dialogue interculturel et sous l’égide de l’European Music Office, le projet “Diversidad- The Experience” a été créé pour parler de la diversité culturelle, réunissant des nombreux rappeurs éuropéens. Consultez l’article sur café babel pour plus de details: Diversidad : quand le hip-hop réunit l’Europe.