Páginas

Friday, September 6, 2013

Les Assos et l'engagement des audiences sur les réseaux sociaux

Instagram @Orangerockcorps

La plateforme “égocentrée” Instagram peut-elle être un canal pour la solidarité?


Les organisations de solidarité surfent sur les nouvelles tendances de la communication digitale et n’hésitent par à expérimenter. Dans des posts précédents j’ai déjà parlé de l’utilisation des applications web comme outils de sensibilisation et de la création d’applications mobiles utilisant la gamification pour faire passer leurs messages. Je vais vous parler aujourd’hui du partage de photos et plus particulièrement de l’utilisation d’Instagram dans des associations aux Etats Unies, aux Philippines, en France, en Espagne ou au Chili .


“Insta-solidaire”: La photo en temps réel pour la communication des ONG


Le réseau social Instagram compte 1,8 million de visiteurs uniques en France (Médiamétrie 08/08/13). Ce réseau social de partage de photos est beaucoup plus présent en France que Pinterest et donne la possibilité de géolocaliser la publication de la photo, qui permet de trouver d’autres photos prises au même endroit. Les utilisateurs peuvent aussi chercher des photos qui partagent les mêmes hashtags. Une particularité de ce réseau est également la possibilité d’ajouter des filtres prédéterminés a la photo, en le donnant un aspect plus “tendance”.
Certains spécialistes des réseaux sociaux soutiennent que le succèss de cette plateforme est (en plus de sa simplicité) le fait qu’elle soit utilisé pour promouvoir notre propre ego … Cette plateforme sera-t-elle donc compatible avec des utilisations solidaires?

Photo Instagram @lilliebgirls
Certains associations, comme LillieB (association pour l’empowerment des femmes), utilise Instagram pour faire passer des messages visant augmenter la confiance en soi des femmes et à rompre les stéréotypes lies à l’image.

Autre utilisation d’Instagram au sein des associations: la publication de photos du travail de terrain des membres ou des bénévoles. L'initiative Orangerockcorps (initiative qui permet aux jeunes de s’investir avec une association en tant que bénévole en échange d’une place de concert) utilise Instagram pour diffuser le travail de ces bénévoles collaborant avec les associations partenaires.


“Selfies” solidaires


Une des tendances des photos Instagram est de prendre son autoportrait dans différentes situations et circonstances.
Beth Kanter, spécialiste de l’utilisation des réseaux sociaux au sein des ONG, a collecté quelques exemples de cette pratique en demandant à ses lecteurs:


Entre autres utilisations créatives, on trouve l’initiative des activistes philippins: #Strikethehike qui ont détourné ce qui était un jeu purement narcissique entre les jeunes de la classe moyenne philippine, en une initiative plus constructive : une manifestation virtuelle contre le projet du gouvernement d'augmenter les prix des billets de train dans la région de Manille.

Instagram: #strikethehike selfie

Des filtres pour une sensibilisation plus effective


Certaines associations se sont lancées dans l’utilisation d’apps complémentaires à Instagram pour faire passer plus clairement leurs messages.

Ces apps surfent sur d’autres tendances instagram que les “selfies”, comme celle de la publication de photos de plats au restaurant (#instafood) ou d’ajouter grâce à une application supplémentaire (Instaweather), des informations automatiques sur l’heure, l’endroit et les conditions météorologiques du moment de la prise de photo.

L’association espagnole Manos Unidas a profité de la tendance du partage des plats pour créér une app (#FoodShareFilter) qui permet d’ajouter des messages en sensibilisant à la famine dans le monde. Le téléchargement de cette app est de plus une méthode innovante de collecte de dons.

@gentedelacalle

D’un autre coté l’association Chilienne "Gente de la calle"pour les droits des sans abris a lancé une campagne de sensibilisation qui promeut le partage des photos des sans abris en ajoutant les conditions météorologiques (possible grâce à l’application Instaweather).

Dans tous les cas il s’agit d’un détournement des ego-publications pour promouvoir une utilisation qui nous invite à partager des photos incitant à la réflexion, et à penser aussi de temps en temps aux autres.